public

Loading...

Editeurs prédateurs

published by Bibliothèques de l'ENS

Want to create a visual like this?

Get Started
Les éditeurs prédateurs
Il s'agit d'éditeurs dont le seul but est de gagner de l'argent sans promouvoir le travail scientifique.
  • Concerne les revues, les conférences et les ouvrages comme les thèses et les mémoires.
  • Diffusion restreinte des ouvrages à des prix élevés.
  • Aucun contrôle du contenu et de la qualité scientifique
  • Cas de plagiats, faux auteurs et faux résultats courants dans leurs catalogues.
Tous concernés : doctorants, chercheurs, évaluateurs, directeurs de laboratoire, bibliothécaires, ...
  • Un article complet d'Alex Gillis sur les pratiques des éditeurs prédateurs (in : Affaires universitaires)
  • Spam flatteur qui vous incite à devenir auteur, relecteur, conférencier....
  • Orthographe douteuse
  • Site web non fonctionnel ; adresse mail non professionnelle
  • Titres de revues ronflants ou proches de revues sérieuses
  • Comité éditorial inexistant, affiliation douteuse
  • Délai d'acceptation très court
  • Révision par les pairs quasi-inexistante 
  • Travail éditorial inexistant
  • Référencement dans les bases de données fallacieux, facteur d'impact erroné
  • Frais de publication élevés et flous
  • ...
Comment les reconnaître  ?
En 2017, 10 000 revues prédatrices ont été publiées par 1 millier d'éditeurs. Soyons vigilants !
  • Sur le site Coopist-Cirad, une fiche complète pour identifier les éditeurs prédateurs
  • Un article complet du Lab & Doc sur les éditeurs prédateurs, leurs dangers et les indices pour les reconnaître
Publier chez ces éditeurs ou dans ces revues nuit à votre réputation, à celle de votre équipe et de votre institution !
Comment les éviter  ?
  • Contactez les membres du comité éditorial pour leur demander plus de détails
  • Discutez avec vos collègues ; demandez conseil à vos bibliothécaires
  • "Think, Check, Submit" pour adopter les bons réflexes
  • Quelques éditeurs signalés : Editions Universitaires Européennes, les Presses Académiques Francophones, Lambert Academic Publishing, ScienceVier, OMICS, ...
  • la liste "Stop Predatory Journals" indique les éditeurs et revues aux pratiques douteuses
Consultez des sources fiables dont