public

Loading...

Sophrologue en 2018

published by Relaxationdynamique.fr

Want to create a visual like this?

Get Started
Le metier de  sophrologue en 2018
INTRODUCTION
Cette édition 2018 du questionnaire sur le métier de sophrologue nous permet, comme les précédentes, de faire une "photographie" de notre profession. Merci à tous pour votre participation. Je tiens aussi à rappeler que ces chiffres sont issus d'informations données par les participants. Ils n'ont aucune valeur scientifique. 

Ils permettent cependant de donner un aperçu basé sur un échantillon représentatif (479 participants) de sophrologues issus de toutes les filières.
PARTICIPANTS
Une fois encore, les femmes sont largement majoritaires dans notre profession.

Notre population reste également relativement âgée. Les plus de 40 ans sont trois fois plus nombreux que le reste de la population.
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr
Grande nouveauté du questionnaire 2018, voici quelques informations sur les cursus de formation suivis par les participants.
Formation
Les formations longues et en présentiels sont encore très largement majoritaires. Cependant, nous commençons à voir de plus en plus de sophrologues formés en ligne ou par correspondance. Les cycles courts sont également très présents avec près de 20%.
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr
Pour celles et ceux qui ont suivi une formation inscrite au RNCP (285 personnes), vous êtes 58,95% à vous être soumis à un examen supplémentaire pour décrocher ce sésame. Pour les 41,05 %, la validation de la formation par l'examen final a suffi.
Avec le recul et l'expérience, vous êtes 78,25% à trouver cette inscription au RNCP utile.
Votre Activité
Nous sommes un tout petit peu plus de 51% à exercer notre profession à temps partiel.

L'analyse des activités annexes fait apparaître que ce mi-temps n'est absolument pas l'occasion de nous consacrer à notre famille.
En effet, une très forte majorité des personnes ayant répondu "temps partiel" exerce une autre activité salariée. Dans le secteur public comme dans le privé.

De même, que ce soit à temps partiel ou à plein temps, nous ne sommes que 41,61% à nous consacrer uniquement à la sophrologie.

Ce chiffre est en très nette régression. Nous étions 58,17% en 2017.
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr

Parmi les activités les plus pratiquées en plus de la sophrologie, on trouve :

  • L'hypnose (37,2%)
  • Le coaching (17,2%)
  • Le Reiki (13,8%)
  • Les massage (13%)
  • Des activités de santé (6,1%)
  • La reflexologie (5,7%)
  • Les fleurs de Bach (5,4%)
  • Le yoga du rire (5,2%)
  • Le yoga (3,8%)
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr
Le statut d'auto/micro-entrepreneur reste encore très largement majoritaire dans la profession.

Ce résultat est tout à fait cohérent avec le fait qu'une majorité exerce à temps partiel et à côté d'une profession salariée.
Notre façon de nous installer change également. Les chiffres montrent que nous désertons les villes moyennes (entre 20.000 et 100.000 habitants), pour nous concentrer sur les grandes villes, mais aussi et surtout les villes de moins de 20.000 habitants.

Nous sommes également de moins en moins nombreux à être propriétaires de nos cabinets. Cette tendance était déjà présente en 2017.
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr
Contrairement à toute attente, c'est la solution du partage avec des professionnels de santé qui est majoritaire chez ceux d'entre nous qui ne sont pas propriétaires.

La seconde position est occupée par les maisons médicales ou paramédicales.

C'est une excellente nouvelle, car cela démontre une assimilation croissante et une reconnaissance implicite de notre profession.
J'attire votre attention sur le fait que :
  • 57 % des propriétaires
  • 31% des locataires
Travaillent aujourd'hui dans des locaux sans savoir s'ils sont conformes ou non aux normes de sécurité imposées pour les établissements recevant du public (ERP).
Pour les propriétaires de leurs cabinets, 85,9% d'entre eux se sont installés directement au sein de leur domicile.

Cette situation s'explique en grande partie par le nombre de sophrologues à temps partiel et le statut de micro-entrepreneur qui ne permet pas de récupérer les charges sur son chiffre d'affaire.

Cette option reste souvent la plus économique pour commencer à exercer.
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr
NOS TARIFS
Probablement l'information qui va permettre à tous les futurs élèves sophrologues de construire  leur fameux business plan...
On note donc une très nette hausse du tarif des consultations individuelles.

En 2017 n'y avait que 16,6% des consultations facturées plus de 50€.
Aujourd'hui, ce sont 38,54% d'entre elles.
70,1% des sophrologues ayant répondu à ce questionnaire proposent également des séances au domicile de leurs clients.

Dans ce cas, de figure bien spécifique, le pourcentage de tarifs supérieurs à 50€ passe à 57,09%.
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr
Les tarifs des séances de groupe n'ont pas connu la même envolée en 2018. Par contre, on note un recentrage sur les deux tranches médianes.
Travaillons-nous vraiment dans les entreprises, pour y faire quoi et à quel prix ?
Sur l'ensemble des participants à cette étude, moins de la moitié travaillent effectivement avec des clients professionnels.

Ces prestations portent essentiellement sur :
* Des séances de relaxation en groupe;
* Des interventions ponctuelles sur des thèmes précis ou dans le cadre du bien-être au travail.

Les formations et le suivi individuel sont relativement peu fréquents.

26,39% proposent leurs services aux entreprises sans réussir à concrétiser ce type de prestations
Concernant l'aspect spécifique de la formation, les sophrologues qui interviennent en entreprise sont assez peu nombreux à disposer d'un agrément de formation (14,76%).

16,67% utilisent l'agrément d'une société tiers, comme une société de portage.

Pour finir, si 68,57% n'ont tout simplement jamais eu de demandes sur ce sujet, ce chiffre est en légère baisse. Il était de 71,3% en 2017.
Pour conclure cette étude, voici enfin la réponse à la question que vous vous posez tous : combien gagnons-nous ?
À la lecture de ces chiffres, le premier constat évident est nos revenus sont encore une fois en baisse, et cela pour la 3e année consécutive.

Sur les 12 derniers mois, 81,94% d'entre nous n'ont pas réussi à se dégager un revenu moyen équivalent au SMIC net. 

Pour mémoire, ce chiffre était de 68,65% en 2016 et 79,02% en 2017.

On remarque que les revenus sont en légère hausse sur le dernier trimestre pour retomber sur le dernier mois. Cette variation s'explique par la date de réalisation de cette étude (juillet 2018).

Les 3 derniers mois ont donné lieu à une forte activité saisonnière habituelle. L'arrivée du printemps puis des examens boost notre activité.

L'effondrement du dernier mois marque la fin de cette période et le début des congés d'été.

Pour finir sur une note optimiste, pour la majeure partie des participants, le chiffre d'affaires pour 2018 semble être stable ou présenter une légère hausse.

Si je laisse à chacun le loisir de tirer ses conclusions, une fois encore, cette étude montre malheureusement un essoufflement de la profession de sophrologue.

D'une profession, la sophrologie semble devenir une technique parmi d'autres, exercée par des praticiens pluridisciplinaires. 
Sabine PERNET - http://www.relaxationdynamique.fr
Me retrouver sur les réseaux sociaux