public

Loading...

Instruction en famille

published by Céline de Roany

Want to create a visual like this?

Get Started
Loading
L'instruction en famille dans les pays francophones
Etude réalisée auprès de 446 personnes du 17 au 31 octobre 2014
Une étude réalisée par Apprendre à l'air libre (2014) Diffusion autorisée si l'auteur est cité. Contact : [email protected]
On remarque ici que les médias (presse, télévision, radio et internet) jouent un rôle d'informateur équivalent à la rencontre de personnes qui instruisent en famille, les autres sources d'information (voyage, proche, soignant, etc.) étant négligeables. A noter que internet a permis à 24% des répondants de connaître l'IEF.
Depuis combien de temps instruisez-vous en famille ?
Comment avez vous connu l'instruction en famille ?
MEDIAS (presse, livre, télévision, internet)
IEFeurs
un proche
autre
> 3 ans (43%)
1 à 3 ans (30%)
< 1 an (20%)
non-IEF (7%)
Ecole défaillante
J'ai pris la décision d'instruire mes enfants en famille car c'est le mode d'éducation qui me paraissait le plus respectueux des envies/besoins/rythmes de notre famille. Il a fallu 2 ans de maturation à mon compagnon pour partager mon point de vue.
Déçus par le système public avec nos aînés, nous n'avons pas voulu continuer sur le même chemin avec les petits.
Ça a été une suite logique dans notre façon d'appréhender la parentalité : dans la bienveillance. Il a fallu une année de plus (donc une année d'école) pour mon homme pour accepter puis adhérer, puis promouvoir cette façon de vivre !
Parce que l'école classique ne convient pas à mon enfant (ni à moi d'ailleurs)
pour le partage en famille, pour les voyages, pour la liberté, pour bénéficier des apprentissages autonomes, pour le bonheur.
Nous nous préoccupons de la question de la responsabilité dans notre existence depuis longtemps. Responsabilité écologique, responsabilité face au système économique, responsabilité face aux institutions… Rencontrer des amis qui pratiquaient l'Instruction En Famille a été un déclic nous permettant de voir que cela est possible. Nos enfants ne sont encore jamais allés à l'école.
Désir de non uniformité de l'instruction, choix des apprentissages et des méthodes....
Pour ne pas faire rentrer nos enfants dans une instruction-éducation trop fermée, pour avoir plus de liberté en famille, de plaisir de vivre.
Nos enfants ont fréquenté l'école publique et privée. Nous n'avons trouvé ni dans l'une ni dans l'autre la réalité des valeurs essentielles à nos yeux: respect de la singularité, droit à la différence, non-jugement, bienveillance etc. Après 6 années très investis en tant que parents d'élèves, une goutte a fait déborder le vase: nos enfants excellaient dans leur scolarité! Bien loin de nous rassurer, le fait qu'ils entrent ainsi dans le moule nous a effrayé. Nous avons donc décidé d'un autre projet familial et avons cessé de demander à autrui ce à quoi nous aspirions. Depuis c'est le bonheur!
Parce que l'école ne répond pas aux besoins de mon enfant
Pour leur donner le temps et la possibilité d´apprendre par eux-mêmes, à leur rythme, en gardant leur motivation intacte.
Envie de leur offrir plus de liberté, leur permettre de vivre pleinement, d apprendre à leur rythme et de développer leurs connaissances sur leur centres  d intérêts. Mais aussi pouvoir vivre avec nos enfants partager apprendre découvrir ensemble.
Pour la liberté d'instruction (rythmes, créativité, façon d'apprendre…), pour avoir plus de temps en famille et vivre les apprentissages dans un lien d'amour et dans la joie, pour apprendre de choses qu'on n'apprend pas à l'école et ne pas subir certains enseignements ou méthodes. Pour la vraie socialisation (pas la collectivisation) : tisser du lien avec des gens de toutes générations autour d'activité de la vraie vie, de passions partagées… Pour sortir du moule de l'EN, de la peur, de la pensée unique nivelée par la bas. Pour choisir ce qu'on veut devenir et s'en donner la liberté et les moyens.
Choix de confort de vie, qui est devenu politique par la suite
Suivre le rythme des enfants, les laisser se découvrir eux-mêmes, les aider à ne pas apprendre à se soumettre mais à s'affirmer.
Pour vivre plus de moments ensemble, en famille. Pour avoir la liberté de rythmes et de mouvements. Pour offrir une vraie socialisation aux enfants, pas enfermés 6 à 8 heures par jour avec seulement des enfants du même âge et un ou deux adultes. Pour être dans la vraie vie, voir du monde, visiter, etc... Pour apprendre à apprendre (et apprendre dans le plaisir et l'autonomie). Pour avoir beaucoup de temps libre (en IEF, le tiers à la moitié du temps suffit pour apprendre autant, voire plus, qu'à l'école). Pour avoir le temps de laisser libre cours à la créativité. Pour échapper à la compétition et à la violence du système et des autres qui sont formatés par ce système (pour vivre plus de coopération, d'entraide et d'échanges de savoirs).
Descolarisation suite à des violences à l'école
Comment êtes-vous venu à l'instruction en famille ?
Sur les 360 personnes qui ont rédigé une réponse à cette question, 210 (soit 58%) instruisent en famille par rejet de l'école : 78 personnes parlent de mal-être, de souffrance, de violence ou de phobie scolaire et 50 citent une inadaptation de l'école à l'enfant, que celui-ci ait des besoins spéciaux (20) ou non. Seules 2 personnes ont déscolarisé leur enfant en raison d'un niveau trop faible et 5 à la suite d'un échec scolaire. L'instruction en famille n'est donc la conséquence d'un dysfonctionnement de l'école que dans 37,5% des cas.
Ancien enseignant moi-même, convaincu que l'école ne respecte pas la personnalité des enfants mais surtout que son objectif n'est pas de le faire. J'ai rapidement vu aussi, en regardant mes enfants commencer à grandir, qu'ils ne pourraient rester eux-mêmes : ma grande fille se serait probablement adaptée par dépit, mon fils aurait beaucoup souffert. Nous avons donc décidé, mon épouse et moi, de nous occuper nous-mêmes de ce sujet.
Physionomie de l'instruction en famille
Parents au travail
Si les foyers comptant un seul parent exerçant une activité rémunérée constituent la majorité, près d'un tiers comptent deux parents qui travaillent
Age des enfants instruits en famille
Nombre de parents exerçant une activité rémunérée
Familles IEF
Familles françaises en général (source INSEE)
Les fratries
On remarque que les familles ayant un seul enfant sont sous-représentées dans les familles pratiquant l'IEF à titre exclusif ou non (au moins un enfant scolarisé) Les familles comptant 2 enfants sont relativement conformes à la population française globale. Les familles de 3 enfants et plus sont, elles, surreprésentées par rapport à la population française.
Les principaux avantages
Respect des rythmes de l'enfant
Adaptation des apprentissages aux enfants
85%
61%
Vie de famille plus fluide
56%
Protection contre la violence scolaire
46%
Liberté d'expression
44%
Plus de temps pour ses passions
44%
Apprendre dans le réel
41%
Les principaux inconvénients
Nécessité de se justifier
Fatigue des parents
56%
40%
Réprobation de l'entourage
56%
Coût de l'instruction
34%
Harcèlement administratif
47
Isolement des  familles
24%
Tentation des écrans
17 %
Manque de socialisation
2%
Mode d'instruction choisi
Programmes personnels, enfants moteurs
Programmes personnels, parents moteurs
Programmes officiels, supports personnels
Programmes officiels, supports officiels (Cours par correspondance)
C'est compliqué
Les difficultés
La peur du contrôle
Limiter le temps d'écran
46%
24%
Faire travailler les enfants
25%
Le manque de soutien de l'Etat
42 %
Trop de déplacements
13%
Peur de l'avenir des enfants
7%
Comment faciliter la vie des familles qui instruisent en famille
Actuellement, je paie deux fois : par mes impôts je finance l'éducation nationale défaillante, et je paie à nouveau pour l'instructions de mes propres enfants.
Avec plus de moyens financiers
Puisque l'instruction est gratuite à l'école, avoir la possibilité de s'équiper en manuels, matériel
Des contrôles plus respectueux
Que les contrôles ne soient pas menés par l'Education Nationale mais par une entité formée et moins partiale
Que l'Etat laisse les parents avoir confiance en leurs enfants
expliquer les apprentissages informels et notre pédagogie aux inspecteurs et pouvoir leur prouver que des apprentissages moins structurés permettent aussi de trouver sa place dans la société
Des inspecteurs dédiés à l'Instruction en Famille et formés à ses particularités
Une justice ouverte à l'Instruction en Famille
Une allocation pourrait être accordée pour chaque enfant, qui permettrait d'inscrire l'enfant à certaines activités (où il pourrait à la fois s'épanouir et se socialiser).
Accorder aux parents les facilités financières accordées aux enseignants (manuels, documentaires)
Comment faciliter la vie des familles qui instruisent en famille (suite)
Des communautés plus présentes
Autoriser les rapprochements entre les familles
Des cafés de familles
Permettre aux enfants de travailler ensemble
Une meilleure reconnaissance
Je pense qu'une meilleure information sur ce qu'est l'Instruction En Famille est nécessaire, pour que l'on ne soit plus jugé.
Ne pas être considéré comme faisant partie d'une secte, ne pas être considéré comme des parents cherchant l'isolement vis à vis de la société serait déjà pas mal....
Conclusion
Les parents qui instruisent en famille font dans leur grande majorité ce choix pour des raisons positives qui tiennent souvent à un meilleur respect de l'individualité de leur enfant, pour lui permettre de s'épanouir au mieux, de devenir qui il est. Les familles expriment presque à l'unanimité le plaisir de vivre en famille avec un rythme qui lui convient. Sans grande surprise, les difficultés majeures résident dans les contrôles, qui sont jugés réalisés "à charge" au lieu d'être un moment d'échange sur des pratiques éducatives. Le coût de l'instruction, supporté exclusivement par les parents, est ressenti comme une  injustice.
Apprendre à l'air libre 2014 [email protected] apprendrealairlibre.com